• Droit d'asile : la France a fait un choix. Celui qu'il ne fallait pas

    Je lis cette dépêche AFP, dont voici un extrait.


    Paris (AFP)  le 08-07-2013 à 13h17 - La chef de file des Femen en France, Inna Shevchenko, a obtenu le statut de réfugié auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), a-t-on appris lundi auprès de cette militante ukrainienne.


     En revanche, l'OFPRA a refusé la demande d'asile de Edward Snowden, recherché par son pays pour avoir osé être un lanceur d'alerte et un bienfaiteur de l'humanité.


    Un demandeur d'asile , c'est le jeu, accepte de ne pas militer dans son pays d'accueil. En contrepartie  celui-ci opposera son refus à toute demande d'extradition.


    Inna Schevchenko va-t-elle cesser tout militantisme ? Ce sera un bon test. Des bruits courent, bien entendu sans confirmation, donnant les Femen pour des agents de la CIA, voire du Mossad. L'OFPRA ferme les yeux, tout va bien. Alors que Snowden, par son action,  s'est délibérément séparé de son employeur la NSA. Et cela, c'est sûr.

    En somme, être agent actif "de l'Occident" serait honorable pour les Autorités françaises, alors que soudain la frilosité règne quand l'homme qui fustige - à raison - cet Occident cherche à se réfugier dans un pays garant des Droits de l'Homme. Nous l'annoncions, la France - ou du moins ses édiles - a désormais choisi son camp, qui n'est pas le plus reluisant.


    Quand pourrons-nous, oui, nous, citoyens, évincer les tenants d'une telle politique de servilité envers ce détestable Grand Frère de l'autre côté de l'océan ?

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :