• France, défenseur intrrraitable de la laïcité

    La France est le pays phare de la laïcité. Exhiber tous les jours, de façon plus ou moins discrète, des signes religieux (ou politiques, ou autres) n'est pas bien porté, ce qui est logique du moins pour un Français qui a pu réfléchir sans trop de contraintes. Pourtant les dirigeants actuels font tout pour tuer cette laïcité, car elle les empêche de déployer tout leur arsenal de zizanie, en vue de morceler la communauté des Français en groupements divers et peu amènes les uns avec les autres. Système anglo-saxon bien entendu. On a pu apprécier combien cela est pervers.

    On mettra à part les manifestations dans un sens large, commémo-rations, affirmations collectives d'existence de tel ou tel courant philoso-phique (ou religieux, ce qui en est bien proche), de désaccords politiques, ou de volonté commune de quelque chose. Ces manifestations, comme les autres (sportives, festives...) sont généralement déclarées afin de troubler le moins possible l'ordre public, le vrai, et de prévoir déviations de circulation et autres aménagements. Là bien entendu, il sera judicieux de porter ensemble un message clair pour interpeller les autres citoyens, et même les édiles si ceux-ci font (ce qui n'est pas démocratique, naturel-lement) la sourde oreille.

    Nos convictions, personne ne nous les enlèvera, car elles nous sont propres, et chacun peut avoir les siennes même si parfois elles peuvent être contradictoires entre elles : c'est notre affaire personnelle. En revanche, ce n'est pas à chacun de les exhiber à tout propos : certes, là-dessus même certaines personnes attachées à la laïcité pourront avoir un point de vue différent. Cet exhibitionnisme souvent malsain peut être religieux, politique, philo-sophique, sportif, ou plus prosaïquement et stupidement en arborant des marques com-merciales, supports de la religion de l'Argent. Cette dernière catégorie est la plus insupportable, sans doute. C'est aussi celle dont l'incongruité est la plus oubliée, malheu-reusement, et la plus tolérée sans doute, parce qu'il n'est pas dans l'air du temps d'y prêter attention.

    La laïcité est décidément peu simple. La faute à ceux qui n'en veulent pas, et qui, on le notera, sont pratiquement toujours de cultures étran-gères même s'ils paraissent "français de souche". Ce sont eux qui voudraient faire appliquer des laïcités dites "ouverte", "fermée", "calme", "positive", "force tranquille", "antireligieuse", "autoritaire", "libérale" : tout attribut ajouté la fausse, nécessairement. C'est ainsi qu'un enfant quel qu'il soit, s'il va à l'école, devient un élève et doit se découvrir en classe car il est là pour le savoir et l'apprentissage de la réflexion person-nelle (« Ouvre grand tes oreilles ! »), et doit laisser toute conviction à la porte de cette classe. De plus, se découvrir est une marque de respect pour l'enseignant (la disparition de l'estrade EST une mauvaise chose). Le reste n'est que discours creux.

    De l'égalité surgira la fraternité, à elles deux elles contrôleront les libertés, afin que celle de l'un s'arrête vraiment où commence celle de l'autre. Tous égaux, tous différents, voilà ce qu'est aussi la laïcité.

    On notera que selon les phrases énoncées plus haut, la laïcité ne saurait se cantonner strictement à ce qu'on appelle "les affaires reli-gieuses" : c'est forcément bien plus vaste. Mais si elle empiète sur le domaine commercial et financier, "certains" y trouveront à redire, et feront probablement pression pour que ce ne soit pas abordé. Les religions de l'argent et de la violence, qui sont très liées, supportent fort mal qu'on les montre du doigt.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :