• Un père palestinien serre une dernière fois dans ses bras sa fille, avant de la confier à la Terre. Une scène terrible, insoutenable, et pourtant devenue banale à Gaza.  Tout être humain est irremplaçable, s'il s'agit bien d'un humain "normal". Pour un être qui a perdu le sens des réalités et des priorités de la Vie, c'est un peu différent.

    Au nom de quelle perversité les attaquants font-ils cela ? A moins, et c'est grave, d'avoir la haine de toute l'humanité. On notera, souvent, les visages déformés par la rage des pro-régime de Tel Aviv même en France. Bien entendu, cette attitude n'a aucun rapport avec des histoires religieuses, ni avec des origines ethniques. C'est une attitude politique avec des buts terriblement inavouables.

    On pourra faire le parallèle avec un homme terrible, qui après avoir été le bras droit de Jeanne d'Arc avait "pété les plombs", et perpétré des atrocités sur des enfants. Je parle de Gilles de Raisbien sûr. Mais lui était seul, alors que ce sont aujourd'hui des centaines de personnes, voire des milliers, qui sont atteintes de cette frénésie morbide.

    Certes, à l'origine ce sont des anglo-saxons qui ont résolu de faire d'une certaine étendue de terre, une pseudo- "Terre Promise" pour des gens qui n'y avaient aucun droit. Très malin, pour une poignée, pas plus, de financiers, de poser de tels jalons. Ceux-là, et ceux-là seuls, furent les instigateurs primaires de massacres et autres vilenies en de nombreux lieux, qui émaillèrent tout le XXe siècle, et qui se perpétuent aujourd'hui.

    De fait, pour faire cesser ce processus de plus en plus sanglant et révoltant, il n'y a sans doute qu'un moyen : contribuer à la chute, le plus tôt possible, de tout le capitalisme. Les guerres ont toutes un fondement économique, et ceci est une guerre, entre des adorateurs du Profit, et les humains. D'où, incidemment, cette panique des "autorités" de Tel Aviv, mais pas qu'elles, face à un BDS qui gagne en efficacité et en ampleur. L'arme du boycott, pour un mondialiste économique, c'est l'horreur, car cela sape le fondement même de sa vie de "profiteur quoiqu'il advienne".



    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique