•  Charles de Gaulle, un soir d'élections, avait donné son idée de ce que des détracteurs lui présentaient comme un continent à unir : 
    "Il ne suffit pas de répéter : l'Europe ! l'Europe ! en sautant comme un cabri"

    Pourquoi unir ? Pour en faire quoi ensuite ? Au bénéfice de qui ? Si c'est pour que les mieux nantis, et pas forcément de cette contrée-là, engrangent encore plus sur le dos de la grande majorité, le jeu n'en vaut assurément pas la chandelle : n'est-ce pas pourtant ce que des rapaces ont entrepris de mettre en place il y a 70 ans ? Circonvenant politiciens, plumes de presse malléables, supplétifs d'instituts de sondages ou d'académies diverses, ils ont planté leurs jalons, et sont bien près d'y parvenir en apothéose.


    "L'Europe" a trop tendance à être considérée, propagande ou pas, comme cet informe conglomérat de peuples historiquement différents, souvent pour des raisons géographiques, aux habitations situées grosso modo dans la partie nord-ouest du continent asiatique : ils auraient pour dénominateurs communs d'avoir (avec beaucoup de nuances) des peaux plus claires que la moyenne des autres ; leurs langages, terriblement différents, auraient en général une base indo-européenne commune ; il y aurait en général des analogies entre les convictions de certains d'entre eux, au niveau philosophique et "religieux" ; la plupart sont maintenant sédentarisés. C'est à peu près tout..

    Pas de quoi considérer cela comme des "bases communes" qui auraient une originalité suffisante, en vue de vrais rapprochements. Il y a seulement une volonté politique professée par quelques dirigeants plus ou moins autoproclamés ou cooptés, à leur usage, ou à celui de leurs amis tout aussi peu choisis et acceptés par l'immense majorité des habitants. Disons-le crûment : du foutage de gueule.

    Va-t-on longtemps encore tolérer que ces marionnettes téléguidées par des "actionnaires" ou "spéculateurs" anonymes et apatrides ruinent  la vie de millions, de milliards de gens anesthésiés par "les Jeux" diffusés par l'étrange lucarne ? Taynis, fout, scieclysme, mariages princiers, naissances de la même soupe, déplacements d'hommes en blanc ou en jaune, occultent les grands désespoirs et cachent les vraies causes à défendre.

    Au secours ! L'humain veut-il encore vivre ? Veut-il n'être qu'humblement et avec gratitude à sa place (minuscule) dans l'Univers ?  Camarades, compagnons, frères, le jour se lève, levons-nous aussi, bon sang !

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique