• L'obéissance républicaine rend les lois illégitimes

    Un intervenant du blog du Yeti, trouble fêtes, nous livre ici une analyse  pointue de ce système qui prive les citoyens de leurs droits fondamentaux, et des moyens qu'auraient ceux-ci pour reprendre la main. Et je reprends ici une citation par Pilhaouer,  un intervenant du Grand Soir, de Maximilien Robespierre lui-même - signe que cela ne date pas d'hier.
    " Vous avez multiplié les articles pour assurer la plus grande liberté à l’exercice de la propriété, et vous n’avez pas dit un seul mot pour en déterminer le caractère légitime ; de manière que votre Déclaration parait faite, non pour les hommes, mais pour les riches, pour les accapareurs, pour les agioteurs et pour les tyrans." Robespierre, Débat sur la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, le 24 avril 1793 à la Convention
    En somme, Robespierre pointe du doigt une des bases de la Déclaration des Droits,  la notion de propriété : que de crimes se perpètrent journellement en son nom !

    Laissons parler trouble fêtes

    17. Le 24 mars 2013, 10:21 par trouble fêtesRépondre à ce commentaire par trouble fêtes

    sauf miracle électoral ?

    Ben voyons… Il y en a qui espèrent encore dans la méthode (le faux suffrage universel) qui a permis et soutenu le capitalisme ?

    Le capitalisme s’installe depuis le début du XIX° quand la politique devient les « affaires », donc cela fait deux cents ans que droite et gauche - avec les véritables dirigeants , les puissances de l’argent à l’abri du droit de la propriété sacralisée « inaliénable » - profitent de la masse productrice… et consommatrice… ce qui, équilibré par sa symétrie pour que la vision soit entière, implique l’aliénation de celle-ci en - capitalisme de masse ! Aujourd’hui, le capitalisme est un capitalisme de masse via les banques et les fonds de pension…chaque achat fait par les quidams (citoyens ?) dans un supermarché nourrit et conforte l’industrialisme capitalistique multinational au détriment de l’artisanat local. La vie quotidienne des masses plébiscite (au sens profond ET étymologique) le capitalisme le plus crapuleux. Lien

    Or… « Le capitalisme » n’est possible qu’en prenant LE CONTRÔLE TOTAL DE LA PRODUCTION DU DROIT, pour produire — comme on le voit — UN DROIT INJUSTE, un droit cruel, qui soumet presque totalement les prolétaires (les non propriétaires) au bon vouloir féodal des propriétaires des moyens de production.

    « Mais QUI donc écrit ce droit inique ? » et je constate que les parlementaires et les gouvernements qui l’écrivent sont presque TOUJOURS élus à l’issue d’une CAMPAGNE ÉLECTORALE RUINEUSE qui en fait — mécaniquement, systématiquement, PAR CONSTRUCTION — les DÉBITEURS de leurs financiers. Des élus qui font majorité et qui décident tout à notre place depuis 200 ans.

    Certes, la soumission par la dette est une vieille affaire, mais la possibilité de s’en servir en matière politique à grande échelle n’a que 200 ans, je crois : ça s’appelle « le gouvernement représentatif », ça n’a RIEN à voir avec la démocratie, c’en est même le strict CONTRAIRE (ça prive le demos de tout cratos réel), et ça REND POSSIBLE LE CAPITALISME.

    Pire : ÇA LE VERROUILLE durablement.

    Autrement dit, tant qu’on n’aura pas réglé ça, tant qu’on restera dans la CAGE POLITIQUE de « l’élection parmi des candidats » (le faux « suffrage universel »), on ne sortira pas du capitalisme, qui est bien verrouillé grâce à cette procédure géniale qui donne la quasi totalité du pouvoir politique aux riches du moment.

    l’élection est RÉELLEMENT une procédure PAR ESSENCE aristocratique — DONC oligarchique — qui permet aux riches, TOUJOURS ET PARTOUT, d’acheter le pouvoir politique et d’ensuite faire écrire un droit qui leur est favorable par ceux qu’ils ont mis au pouvoir (et qu’ils remettront au pouvoir s’ils sont bien obéissants) : ça s’appelle « le capitalisme ».

    Donc, les deux ont 200 ans : faux « suffrage universel » et « capitalisme ». Coïncidence ?
    Je ne crois pas, précisément, et c’est ma thèse : l’un a rendu l’autre possible.

    Et les (formidables) exceptions ne doivent pas nous tromper, pour un Allende, combien de Bush ou Sarkozy ? … »
    Commentaire d’Étienne Chouard le 01 01 2012

    20. Le 24 mars 2013, 17:26 par trouble fêtesRépondre à ce commentaire par trouble fêtes

    Désobéissance civique ou civile ?

    Non : L’obéissance républicaine ! ! !

    Le très contraire de la désobéissance civile qui présente toujours les citoyen-nes MAJORITAIRES comme une clique farfelue de mineurs devant la loi.

    Les dominants, eux, ne louvoient, visqueusement, que dans la désobéissance républicaine la plus putschistes…ils doivent – au nom des lois de la République – être sanctionnés pour cela ! ! !


    L’obéissance républicaine c’est, justement, d’abolir le capitalisme ! ! ! Les factieux ne passeront plus…les ennemis de l’Humanité tels Reagan, les Bush, Thatcher, la Commission européenne, les droites non républicaines genre Sarkozy et consorts, etc…doivent, justement, se voir sanctionnés comme de dangereux antirépublicains ! ! ! Ecartés à jamais de tous les circuits de décisions publiques ! ! ! Genre vote des assiettes des impôts, etc (les exemples de hautes trahisons pullulent tellement, en ce domaine, que la Justice n’aura besoin que d’un seul procès pour décider « fiscalité à jamais protégée de tout intérêt privatif » ! ! !)…

    Vrai de vrai – lorsque toute solution semble fuir l’entendement, les vraies valeurs reviennent – une occurrence persistante de l’Histoire…Que dit la Constitution républicaine ? Celle qui constitue la République en toute sa réalité collective. Comme celle qui la garantie contre tous ses ennemis (fussent-ils de l’intérieur) – et le nom générique donné par la Constitution c’est « Privilégiés »… la Constitution met fin à tous les privilèges…donc les privilégiés s’avouent comme des ennemis de la République. Cqfd …Dialectique enfin revenue à la « vraie » vie ! ! !

    Dans la chair politique du corps social – la Constitution affirme : Aucune faction ( la social- démocratie n’est qu’une faction et le PS constitué de factieux !) ne peut diriger le pays. La majorité seule gouverne. Les minorités ne peuvent diriger (si la loi électorale le permet c’est une loi renégate, clairement anticonstitutionnelle !) Le peuple reste souverain : en droit, il n’a pas à se sentir concerné par les décisions des minoritaires (genre Cfdt ou gouvernement) …nous n’avons absolument pas à suivre les lois scélérates : et ce n’est certainement pas de la désobéissance civile mais bien de l’obéissance républicaine !!! La République est, entièrement, de notre côté !!!

    Aussi - à moins d’être de complets masochistes (mais pourquoi étendre ces carences jusque dans vos entourages qui « doivent » – selon les cervelles détraquées - déchoir dans les soumissions volontaires) – dire, seulement, nous pratiquons « l’obéissance républicaine » va nous apporter tellement plus que l’adolescente assertion de la désobéissance civile (pourquoi il y aurait une obéissance incivile ?)…

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :