• En ce 11 novembre, et ce quatre-vingt-dix-huitième anniversaire du déclenchement d'un conflit funeste, je ne peux m'empêcher de penser à ces "élites" terriblement autoproclamées, qui se sentent tellement au-dessus des autres humains qu'elles souhaiteraient en voir supprimés un nombre horrifiant, et osent le soutenir même si c'est "en petit comité"comme on dit.

    «Dans l’éventualité où je serais réincarné, je voudrais revenir sous forme d’un virus mortel, afin de contribuer en quelque chose à résoudre le problème de la surpopulation.»
    Prince Philip, Duc d’Edinburgh, époux de la reine d’Angleterre

    C'est parce qu'un membre "mineur" de cette congrégation  fut éliminé par un étudiant serbe que se déclencha "la Grande Guerre", sans doute pour faire payer à l'humanité entière la disparition violente d'un seul exemplaire de l'élite. L'archiduc François-Ferdinand n'était pourtant pas bien considéré à la cour de Vienne. Quand celle-ci déclara la guerre à la Serbie, ce n'était qu'un prétexte pour régler des salades internes à un Empire fatigué.  Le jeu des alliances fit que les rebondissements causèrent huit millions de victimes.

    Sans aucun doute, dans de secrets cabinets on se félicita d'une telle opportunité. Toute cette piétaille qui allait disparaître dans la gueule du Moloch ferait de la place sur cette terre. Cela explique sans doute, plus récemment, qu'un membre du club Bilderberg ait lâché la phrase citée plus haut. C'est pourquoi sans doute l'hypothèse de l'arme climatique est-elle maintenant avancée, bien que les preuves manquent encore de son existence opérationnelle. Les soupçons se portent bien entendu sur le projet HAARP, en Alaska. Ceux qui en parlent le plus sont peut-être ceux qui en savent le moins. Simple remarque, ce genre d'installation, par la puissance développée, pourrait bien jouer le rôle de l'apprenti sorcier qui ne sait pas quelles conséquences auront ses actes : c'est encore là le plus grand danger.

    Il est estimé que soixante millions de personnes, cette fois, furent victimes de la seconde guerre mondiale, Union Soviétique largement en tête. Ce lourd tribu, que les États-Unis partagèrent avec parcimonie avec les autres pays, ne paraît pas suffisant encore pour les malthusianistes forcenés de Bilderberg. Quand, et où, se se situera la prochaine saignée ? Les multiples conflits africains y contribuent insidieusement, tant en Somalie que, moins récemment, au Rwanda ; tant au Mali qu'en Côte d'Ivoire, en Angola, au Liberia ou ailleurs. Les pays à la démographie galopante, où la jeunesse forme la moitié de la population comme en Algérie ou dans le territoire de Gaza, doivent faire peur aux coincés.  L'Inde, la Chine, le Bangla Desh, sont des réservoirs énormes dont justement les barbons de Londres doivent particulièrement se défier.

    Que sera la suite ? Où les prétentieux, candidats à la maîtrise du monde, poseront-ils leur doigt mortifère la prochaine fois, sur notre petit globe ?

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique