• Après le despotisme roué, le despotisme sombre

    C'était pendant l'erreur d'un quinquennat fini.
    Via l'océan profond vint un homme inspiré.
    De sombre aspect il eut des accents susurrés.
    Derrière lui, bien caché, s'en venait un roué
    Qui lui dictait ses mots de malice chargés.
    Lui, de belle prestance, il montrait que son âge
    N'avait point tout-à-fait buriné son visage.
    Comme des fils de nuit descendaient vers son corps,
    Sans doute pour mouvoir de ses traits le décor.
    Une voix entonna le Veni creator,
    Des fracas de squelettes tambourinèrent alors.
    De cette bacchanale insensée s'éleva
    Un rythme lourd d'effroi sonnant comme le glas.
    Les fils le conduisirent devant les lourds battants
    D'un Élysée gisant, silencieux et mourant.
    D'un pied leste il frappa sur le sol de pavés,
    Les battants s'entrouvrirent pour le laisser passer.
    Le sombre le plus noir sur le monde s'étendit,
    Et plus jamais le jour ne vint chasser la nuit.

    (d'après Racine, Athalie, acte II, scène 5)


    bab

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :