• .

    .

    Nous répercutons ici cet article qui dénonce les agissements dangereux et irresponsables des autorités anglo-saxonnes : de plus en plus souvent elles s'assoient sur les accords internationaux, au risque de déclencher un conflit majeur. Il est révélé par nombreux éditorialistes indépendants que la puissance maritime, qui a de fait son siège à la City de Londres (même quand c'est Washington qui montre les dents), est en train de perdre le Grand Jeu qu'elle avait lancé il y a bien des années (voir le Kim de Kipling). A trop vouloir gagner....

    -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

     

    Une fois n’est pas coutume, je demande à tous ceux qui le peuvent de relayer sur leur site d’information indépendant (ou leur blog), ce communiqué de l’association France-Iran sur l’arraisonnement du pétrolier Grace 1 à Gibraltar.

    Ce communiqué, au ton très modéré, montre aux lecteurs iraniens (il y en a), et à nos compatriotes, que tous les citoyens français n’approuvent pas les actions unilatérales qui s’affranchissent des lois internationales et des résolutions de l’ONU et qui ne peuvent qu’engendrer des représailles et un engrenage dangereux.

    Merci à tous.

    DD

    *

    L’arraisonnement le 4 juillet 2019 à Gibraltar par les autorités britanniques du pétrolier Grace 1 contenant 300 000 barils de pétrole iranien à destination présumée de la Syrie est contraire aux lois internationales régissant la navigation maritime.

    Cette opération, préparée à l’évidence en coopération avec les services de renseignement des États-Unis, est un acte hostile envers l’Iran et la Syrie et s’inscrit dans l’acceptation par le Royaume Uni des sanctions extraterritoriales des États-Unis.

    La France, « Mère des arts, des armes et des lois », pourrait saisir cette occasion pour donner une nouvelle impulsion au rôle de l’Union Européenne dans le monde comme promoteur de paix et de diplomatie, en s’associant aux protestations russes dont le Ministère des Affaires Étrangères a dénoncé cet acte de piraterie maritime comme dangereux pour l’avenir du monde, en rappelant à ses amis et alliés, notamment aux Britanniques, qu’on ne peut avoir un double langage : d’une part dénoncer le retrait des États-Unis des accords internationaux, dont le PGAC, entre les 5+1 et l’Iran, et enfreindre les lois internationales sur la navigation maritime.

    Soutenir la Russie – et l’Iran par conséquent- sur la scène internationale et notamment à l’ONU rappellerait à tous qu’un avenir paisible pour la planète n’est envisageable que dans le respect des lois internationales et des résolutions de l’ONU et non dans des actions unilatérales qui ne peuvent qu’engendrer des représailles et un engrenage dangereux.

    Signé :

    Ali Rastbeen, Président de l’Association Franco-Iranienne

    Michel Debray, amiral,

    Alain Corvez, Colonel, Conseiller en stratégie internationale

    Dominique Delawarde, général (2S), ancien chef «Situation-Renseignement-Guerre électronique à l’EM interarmées»

    Jacques Hogard, Colonel, PDG de EPEE (Expert Partenaires de l’Entreprise à l’Étranger)

    Leslie Varenne, Directrice de l’IVERIS (Institut de Veille et d’études des Relations Internationales et Stratégiques)

    Gérard Bapt, ancien parlementaire français, maire de Saint Jean (Tarn et Garonne)

    Patrick Vaugien, Officier supérieur en retraite, vice président de EPEE

    Jacques MYARD, ancien parlementaire français, maire de Maisons-Laffitte

    Bruno Rioux, chirurgien ophtalmologiste, Chevalier (GM) Ordre de Malte

    Yves Logette, Colonel (CR)

    Jean Paul Baquiast, Président de l’Association europesolidaire.eu

    Jean Pierre Tardy, militaire en retraite

    Youssef Hindi , écrivain, historien, chercheur indépendant

    Jean Pierre Arrignon, historien, professeur des universités

    Simon Graziani, entrepreneur à la retraite

    Gérard Boin, militaire en retraite

    André Legrand, universitaire en retraite

    Jean Claude Empereur, géopolitologue

    Serge Ducrocq, citoyen éclairé

    Anne Cubayne, citoyenne responsable

    Jean Allard-Meüs, officier en retraite

    Fayez Hoche, docteur

    Claude GAUCHERAND (contre amiral (2S)

    Valérie Bugault, avocate fiscaliste, écrivaine

    Isabelle Voltaire, professeur en retraite

    Avic, Réseau International

    . . . . . . . . . . . . etc. . . . . …..

     

     


    votre commentaire
  • Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! morne plaine !
    Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine,
    Dans ton cirque de bois, de coteaux, de vallons,
    La pâle mort mêlait les sombres bataillons.
    D’un côté c’est l’Europe et de l’autre la France.
    Choc sanglant ! des héros Dieu trompait l’espérance
    Tu désertais, victoire, et le sort était las.
    Ô Waterloo ! je pleure et je m’arrête, hélas !
    Car ces derniers soldats de la dernière guerre
    Furent grands ; ils avaient vaincu toute la terre,
    Chassé vingt rois, passé les Alpes et le Rhin,
    Et leur âme chantait dans les clairons d’airain !

     

    Je reprends ici un texte écrit en lettres de feu par le grand, l'immense Victor Hugo. C'est un extrait du poème L'expiation, dans les Châtiments.

    On a l'impression que rien n'a changé. Ce sont les Français face à cette Europe qui nous opprime, ou plus exactement, comme toujours, nos simples citoyens confrontés aux Grands, à l'époque aux têtes couronnées. La Finance n'est pas absente, puisque c'est à cette occasion-là que Nathan Meyer Rothschild fit un coup de bourse hardi à Londres : il ruina les autres, et empocha la mise.

    Dix-huit juin mil huit cent quinze, il y a deux cent quatre ans. Les choses allaient rentrer dans l'ordre, et les Bourbons aux Tuileries. Les banquiers étaient là, les "hommes d'église" aussi, les Talleyrand, les Fouché, les Siéyès.

    N'a-t-on pas l'impression que rien n'a changé ? Sauf que désormais, ce sont les secondes mains des banquiers qui sont ouvertement les maîtres. Sauf que cette Europe des notables est maintenant solidement installée à Paris, et dans quelques duchés renommés grandes régions. Sauf que les coups d'État sont maintenant expédiés par des "députés" qui ne représentent que .... les banquiers ! Comme en deux mille huit par exemple.

    Ce n'est pas grave : désormais ce sont... les banquiers ou leurs amis qui sont les maîtres des journaux et moyens d'information, résultat : celle-ci est remplacée par la propagande, et qui tente d'apporter la vérité face à ces mensonges peut risquer gros, jusqu'à sa vie. La liberté d'opinion a été laminée, criminalisée. C'est ce qu'on retiendra de ce nouveau début de millénaire, avec la prise de conscience des petits, des sans-grade. C'est au point qu'aujourd'hui s'habiller de jaune peut vous envoyer en prison. On était plus libre au temps de Louis XIV....

    Cela n'aura qu'un temps, car la révolte gronde dans les lointains brumeux. Un jour, oui, un jour, ceux qui ont méprisé le peuple seront surpris de le voir venir les chercher, venir les chercher, venir les chercher. Il leur arrivera ce qui acheva un César autrement plus flamboyant qu'eux-mêmes, et qui constitue les trois derniers vers du poème cité plus haut.

    Deux mots dans l’ombre écrits flamboyaient sur César ;
    Bonaparte, tremblant comme un enfant sans mère,
    Leva sa face pâle et lut : – DIX-HUIT BRUMAIRE !

     


    2 commentaires
  • Bien malin qui sait quel est le vote ou le non-vote le plus pertinent, indépendamment de la couleur de la liste que l’on met dans l'urne.

    Il est dommage que faire s’entendre les Français là-dessus soit très difficile, justement parce qu’il n’existe guère d’outil, même sur le Net, pour aider à cette concertation. Peu importe le nom de cette liste, ce qui compte c’est le pourcentage qu’elle aura face à celle du Grand Capital, celle qui vole si bas.

    Il y a même, si on le désire, la solution proposée ici, celle du vote nul, mais explicite.
    https://ti1ca.com/1va76typ-bulletin-frexit-bulletin-frexit.pdf.html

    Je le répète, ce qui serait si important, ce serait de réussir par-delà des clivages qui, dans ce cas de figure bien précis, NE COMPTENT PAS, à s’entendre sur une liste d’opposition à laquelle tous pourraient se rallier. Ce serait de fait une sorte de référendum CONTRE l’actuel squatteur du 55 rue du Faubourg Saint Honoré, et ses « bienveillants » sponsors lestés d’un pognon de dingue.

    La campagne se clôt ce soir : le délai est bien bref !

    Pour rappel :

    http://babalouest.eklablog.com/apres-le-despotisme-roue-le-despotisme-sombre-a155670798

     


    2 commentaires
  • Il importe que le nombre de bulletins soit le plus petit possible. C'est important. Déjà les sondeurs ont annoncé que 60% des Français en âge de voter ne voteraient pas : c'est possible, vu que ce nombre grandit à chaque scrutin "européen". C'est pourtant encore insuffisant. Il faudrait monter à 70% au moins.

    Compte tenu des blancs et nuls qui auront aussi leur part, le total des exprimés ne dépasserait guère les 25%, à se partager entre 34 listes ! A partir de là, le plus apprécié n'aurait qu'un score ridicule. Naturellement, comme à la présidentielle au premier tour, le bricolage des voix au niveau du ministère fonctionnera à fond. Ne serait-ce qu'en transférant des votes blancs en bels et bons bulletins pour la liste Sénescence : ben oui, quoi, votez Printemps !

    C'est largement prouvé, cette pseudo-élection ne sert à rien. Le parlement européen, pourtant grassement payé, n'a PAS l'initiative des textes votés, tout au plus un modeste droit d'amendement à la marge. Il importe pour nous citoyens français de nous désolidariser de ce système qui nous fut imposé par un coup d'État parlementaire, n'ayons pas peur des mots. Il importe de se dire que, vu la situation actuelle, toute autre solution faisant appel à une sortie de l'union (financière, rappelons-le, et rien d'autre dans les faits) sera préférable.

    Au cours d'une conférence-débat qui fut organisée le 16 mai à Orvault (44), cela a clairement été démontré par Michèle Dessenne, présidente d'un parti soigneusement occulté par les médias, le Pardem. Y participaient également Ramzi Kebaïli et François Boulo.

    Pour apporter une touche d'humour, proposons un bulletin original, qui bien entendu serait considéré comme nul. Particularités : il annonce 29 mai 2019, pour rappeler notre vote souverain du 29 mai 2005 refusant le traité nommé TCE (traité pour une constitution européenne), fièrement il s'affiche dans la République Française dont nous sommes à part entière les citoyens, et bien entendu parce qu'un vote intéressant est pour CHOISIR notre destin, pas pour élire des personnages qui feront bien ensuite ce qu'ils veulent, ou ce que des lobbies leur suggèreront (au moyen éventuellement d'un petit appât financier ou autre), il proclame FREXIT ! (en bon français, et c'est important, Sortie de l'union européenne par la France, immédiatement, surtout pas au moyen de l'article 50 d'un TUE que nous avons récusé par avance).

    Il ne faut pas s'affoler : la sortie immédiate et unilatérale de l'union peut parfaitement se faire, la convention internationale de Vienne de 1969 sur les traités le permet. Il suffit de se fier au programme du Pardem qui en a fait son cheval de bataille, y compris pour gérer l'après-sortie.

    Pour conclure, répétons-nous cette phrase importante : nous Français, cette élection aux allures de pétaudière à un parlement bidon, élément d'un ensemble que NOUS AVONS REFUSÉ, ne nous concerne pas. Ce sera, s'il fait beau, l'occasion d'aller joliment pique-niquer sous les ombrages d'un bois proche. Et vive la souveraineté du Peuple, celui qui se pare de jaune ou qui se contente d'approuver ceux qui le font ainsi.

     


    votre commentaire
  • Avril-mai 1948. Les hordes issues d'envahisseurs est-européens pour la plupart (grosso modo l'Ukraine, mais c'est plus diffus), venus petit à petit depuis plusieurs dizaines d'années, se mettent à chasser méthodiquement les sémites natifs (ceux qu'on appelle les Palestiniens, dont les familles pour certaines sont là depuis des milliers d'années). Il s'agit de les remplacer de force par des étrangers, au nom de la lettre d'un étranger (le ministre britannique Balfour) à un autre étranger (le banquier Rothschild, de même "nationalité" officielle). Rien de logique, rien de légitime, rien de légal.

    Cette volonté s'est affirmée par la force, et a causé des milliers de morts, des centaines de milliers de fuites des gens du cru vite remplacés par des colons. Officiellement, il ne s'est rien passé. Dans les faits, sournoisement la Naqba continue encore aujourd'hui : une expulsion ici, là un résistant est emprisonné, sa maison détruite, sa famille laissée à la rue.

    Cela ne pourra se terminer que par une expulsion massive des envahisseurs, qui se savent soutenus hypocritement par les sectes protestantes d'Amérique du Nord.

    De très nombreuses familles ainsi évincées ont gardé la clef de leur maison, le plus souvent détruite. Et puis les papiers administratifs témoignant de la réalité de leur possession. La Force ne dure qu'un temps, un jour la vérité triomphera.

     

    La Naqba, on n'oublie pas, on n'oubliera pas

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires