• Pour N'IMPORTE QUI, mais tous ensemble contre le Capital

    Bien malin qui sait quel est le vote ou le non-vote le plus pertinent, indépendamment de la couleur de la liste que l’on met dans l'urne.

    Il est dommage que faire s’entendre les Français là-dessus soit très difficile, justement parce qu’il n’existe guère d’outil, même sur le Net, pour aider à cette concertation. Peu importe le nom de cette liste, ce qui compte c’est le pourcentage qu’elle aura face à celle du Grand Capital, celle qui vole si bas.

    Il y a même, si on le désire, la solution proposée ici, celle du vote nul, mais explicite.
    https://ti1ca.com/1va76typ-bulletin-frexit-bulletin-frexit.pdf.html

    Je le répète, ce qui serait si important, ce serait de réussir par-delà des clivages qui, dans ce cas de figure bien précis, NE COMPTENT PAS, à s’entendre sur une liste d’opposition à laquelle tous pourraient se rallier. Ce serait de fait une sorte de référendum CONTRE l’actuel squatteur du 55 rue du Faubourg Saint Honoré, et ses « bienveillants » sponsors lestés d’un pognon de dingue.

    La campagne se clôt ce soir : le délai est bien bref !

    Pour rappel :

    http://babalouest.eklablog.com/apres-le-despotisme-roue-le-despotisme-sombre-a155670798

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Mai à 10:44

    Qu'on ne s'y trompe pas : personnellement je préfère boycotter ce scrutin qui ne peut que légitimer un Système qui me (nous? ) révulse.

    Pour ceux qui tiennent malgré tout à élire une liste, au moins qu'ils le fassent de façon efficace face aux tenants de l'odieux régime actuel.

    Voilà....

     

      • Dimanche 26 Mai à 20:01

        Quand la tyrannie frappe

         

        Ceci a été écrit trois quarts d'heure avant les résultats du vote dit "européen".

         

        La participation s'avère en hausse nette par rapport aux deux derniers scrutins. Cela pourrait signifier des surprises, car une frange qui habituellement ne se déplace pas pour cette raison, là, cette fois a fait l'effort de se déplacer au bureau de vote.

         

        Que va-t-il en sortir ? Ces nouveaux votants vont-ils indiquer des orientations nouvelles ?

         

        Il est cependant à craindre que, comme pour le premier tour de la présidentielle de 2017, les nombres de voix de chaque candidat, ou de certains, et les bulletins blancs ou nuls, ne soient violemment modifiés pour que la liste présidentielle se retrouve en tête quel que soit le cas de figure réel.

         

        En effet, le nombre de votants pour cette liste pourrait, au dernier moment, s'effondrer, contredisant les sondages publiés (je ne parle pas des sondages réels, bien entendu). Dans ce cas, si ce président imposé avait la moindre décence, il ne pourrait que démissionner.

         

        On peut craindre que, malgré tout, alors qu'il s'est impliqué dans cette campagne comme aucun président n'a osé le faire, et de loin, il ne prenne pas acte du fait que c'était DE FAIT un référendum le visant directement, et reste accroché à cette bouée comme jamais. Il faut dire que, comme de toute façon il s'est délibérément assis sur les lois et même la Constitution, il n'en soit pas à une forfaiture de plus, près.

         

        Alors, bien que officiellement elle n'ait pas été mise en application, le préambule de la Constitution de 1793 devrait s'appliquer dans toute sa gloire, et en particulier son article 34. Même Adolf Thiers n'était pas allé aussi loin.

         

         

         

        Contre nous, de la tyrannie l'étendard sanglant est levé.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :